Pourquoi le journalisme cinéma est important

C’est le rentrée ! Il va donc être plus que temps pour moi de retrouver ma deuxième maison : les salles obscures !

J’attends surtout avec impatience la reprise des projections presse, auxquelles j’ai la chance d’assister, bien que je ne sois, techniquement, pas journaliste (un jour, peut-être…).

Toujours est-il que j’en rêvais depuis longtemps ! Pourquoi ?

Tout simplement pour ne plus avoir à « courir après les films » et pouvoir préparer les sorties en salles, bien en amont, et ainsi, anticiper l’actualité, ce qui est vraiment l’idéal pour un critique presque professionnel !

Cerise sur le gâteau, les projections presse sont généralement accompagnées de conférences de presse qui offrent la possibilité de rencontrer les équipes des films et ainsi, de parler avec elles de leur travail, et notamment, d’évoquer la dimension technique du cinéma, thématique qui me passionne.

Malheureusement, la pandémie a cassé la dynamique de ces événements mais, même avant cela, j’ai senti (à mon petit niveau) un désintérêt croissant des rédactions de journaux pour ces mêmes projections presse, comme si, finalement, la critique cinéma n’était rien d’autre qu’une « récréation », bien moins importante que l’actualité sportive ou politique…

Cette tendance se confirme dans les écoles de journalisme, peu d’étudiantes et d’étudiants se dirigent vers les salles obscures, l’essentiel préfère bien plus s’installer dans les enceintes sportives…

Face à aussi peu d’engouement, il bien évident que les distributeurs et les exploitants sont de moins en moins, enclins à organiser des projections presse en région : difficile en effet, de faire venir un ou une cinéaste, avec ses comédiens, juste pour un petit blogueur, aussi passionné soit-il… Et on les comprend !

Cependant, cette disparition progressivement de telles projections n’est pas anodine et menace clairement l’avenir du journalisme cinéma… et ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle !

En effet, cette spécialité du métier n’a jamais été aussi importante à mon sens, à une époque où le cinéma est cher, et, est de plus en plus concurrencé par les plateformes (Netflix et autres) qui proposent toujours plus de contenus à leurs abonnés…

Les journalistes et les critiques ont le devoir d’accompagner le spectateur, qui le souhaite, dans cette jungle des écrans, de l’aider à trouver les projets de qualité.

Ils doivent aussi défendre l’expérience collective merveilleuse de la salle de cinéma, un des derniers rituels de notre société : ce moment suspendu qui nous fait aimer (ou pas !) une histoire, un univers, pendant deux heures, loin des sollicitations toujours plus nombreuses et chronophages du monde extérieur, pour ensuite en débattre passionnément à la sortie !

Alors, oui, d’aucuns me rétorqueront que cet amour de la salle est un peu désuet, étant donné qu’il est très facile, aujourd’hui, de se créer sa propre salle de cinéma directement chez soi (grands écrans en haute définition, barres de son… )… Oui, absolument !

Sauf que, ce n’est pas réellement du cinéma selon moi, car vous n’êtes pas totalement « dans votre bulle », vous n’êtes pas totalement « dans le film », il y a toujours des à-côtés (vous cuisinez, vous discutez…), en conséquence, vous ne vivez absolument pas le même « moment privilégié » que lorsque vous vous rendez dans la salle cinéma près de chez vous, qui en plus, vous ouvre à la fabuleuse possibilité de faire des rencontres…

Enfin, le journaliste cinéma doit être là pour accompagner le spectateur dans ses découvertes (parce que le 7e art c’est la vie en mieux, bordel !), c’est d’autant plus important qu’il n’y a plus d’émission cinéma, digne de ce nom, accessible facilement à la télévision (il faut être abonné à Canal+ pour pouvoir profiter de l’émission de critiques Le Cercle)…

En effet, les chaînes de télévision sont, depuis des décennies, des actrices majeures de la production des films, elles ne vont donc pas critiquer (notamment en mal !) des longs métrages qu’elles ont largement contribué à financer…

Voilà pourquoi, le journalisme cinéma indépendant doit continuer à exister et à se développer !

C’est une problématique d’autant plus actuelle, qu’il y a une appétence du public sur le sujet, en témoigne le succès des nombreuses chaînes YouTube cinéma de qualité qui se développent chaque jour sur la célèbre plateforme de streaming !

Dès lors, une seule conclusion s’impose : chers messieurs-dames, patrons et patronnes de rédactions, renvoyez vos équipes en projections presse !

Suivez l’actu ciné sur mes pages Instagram et Facebook !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s