Une merveille à découvrir ce dimanche !

L’acteur shakespearien Kenneth Branagh, connu pour son rôle du Professeur Lockhart dans Harry Potter et le Prisonnier d’Askaban (2004), vient de réaliser Belfast, projeté en avant-première française au festival ce dimanche à 14 h 00 au Cinéma Jean Eustache à Pessac !

Le film concourt également dans la compétition fiction du Festival.

On y suit le quotidien du petit Buddy (Jude Hill pour la première fois à l’écran) et de sa famille dans leur quartier de la capitale nord-irlandaise à la fin des années soixante.

Le générique défile sur des images en couleurs de la ville puis on passe au noir et blanc après un travelling vertical qui dévoile une rue, telle une fenêtre sur le passé… La caméra suit Buddy dans la rue jusqu’au moment où il s’arrête, interdit…

Branagh opte alors encore pour travelling mais, circulaire cette fois, qui traduit au mieux la sidération du jeune garçon qui voit une émeute éclater sous ses yeux et se rapprocher de lui…

Ce choix judicieux est à l’image du film : chaque plan, chaque mouvement de caméra paraît pertinent, naturel pour soutenir le ressenti des personnages et le propos du film.

En conséquence, on vit plus intensément à leurs côtés ; ce processus filmique nous permettant de nous sentir encore plus proche d’eux. On profite d’autant plus pleinement du talent des comédiens Caitriona Balfe et Jamie Dornan qui incarnent les magnifiques parents du petit Buddy.

Protestants, ils élèvent leur progéniture dans la tolérance et refusent toute violence à l’encontre de leurs voisins catholiques. Le père est très souvent absent pour travailler sur des chantiers en Angleterre.

On les sent tiraillés entre leur amour de leur pays, de leur ville, de leur quartier, et leur fort désir d’offrir un avenir meilleur aux leurs.

Dans chaque scène, ils sont justes et prouvent que leur talent ne se limite pas à une série romantique charnelle (Outlander sur Netflix) pour Catriona Balfe, ou encore au « vrai faux sulfureux » 50 nuances de Grey (2015) pour Jamie Dornan…

La famille est complétée par les merveilleux grands-parents, joués en toute finesse et impertinence par l’immense Judi Dench (M dans les James Bond, de Goldeneye (1995) jusqu’à Skyfall (2012)) et le génial Ciarán Hinds (ancien César dans la série Rome (2005)).

On se régale à les voir s’envoyer des petites piques ciselées, respirations bienvenues, pour relâcher la tension vécue quotidiennement par les héros qui s’efforcent malgré tout de vivre le plus normalement possible dans ce contexte si difficile où la violence peut éclater à chaque coin de rue.

Autre qualité de ce film (qui n’en manque pas !), il ne juge pas ceux qui choisissent de rester et ceux qui partent, avant de se conclure sur une belle note d’espoir…

Il n’y a donc plus à hésiter, foncez au Cinéma Jean Eustache !

La note : 9/10

Tarifs : 7 € / 5 € (étudiants, moins de 18 ans)

Sources :

Image d’en-tête : © Vanity fair

imdb, allociné.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s