« Presque » totalement épatant !

Ce mercredi sort un film de potes…

L’Inconnu, très connu, Bernard Campan et le philosophe Suisse, Alexandre Jollien, sont amis depuis de nombreuses années et, cette amitié, se concrétise cette semaine, par un joli projet sur grand écran…

C’est l’histoire de Louis (Bernard Campan), un patron de pompes funèbres qui rencontre, malgré lui, Igor (Alexandre Jollien), un jeune handicapé, qui livre des paniers bio sur son vélo tricycle.

Louis est contraint de l’accueillir dans son corbillard pour la suite de son périple…

On s’attend donc à un road-movie très classique, mais heureusement, le film va au-delà de cela, notamment grâce à des dialogues, véritablement ciselés, qui élèvent vraiment le spectateur, en l’amenant, sans en avoir l’air, à réfléchir sur l’existence, aux côtés des grands philosophes… tout en l’écueil du « donneur de leçon ».

Il faut que dire que le métier exercé par Louis, qui côtoie la mort au quotidien, est propice à l’élaboration de réflexions métaphysiques, mais encore faut-il le faire avec finesse…

C’est bien le cas ici !

L’écriture profite à plein de toute l’expertise philosophique d’Alexandre Jollien qui n’a pas son pareil pour vulgariser des concepts, à priori, complexes, de prime abord.

Cependant, la vulgarisation n’empêche pas l’exigence, et cela fait un bien fou de profiter d’une telle qualité dans les joutes verbales entre les personnages, qui ne manquent pas d’humour.

La mise en scène montre aussi joliment la gêne que les gens peuvent ressentir face au handicap, cette gêne qui les pousse parfois à abréger les échanges avec la personne handicapée ! Ce qui donne des moments assez drôles !

Ainsi, bien sûr, le handicap est évoqué, avec la même finesse que les dialogues, on aborde, par exemple, le rapport au corps, parfois compliqué, dans une scène douce et tendre…

Le film est aussi très touchant dans sa dimension documentaire et sa représentation de la douleur, du deuil, de ceux qui perdent leurs proches. On découvre l’univers des soins apportés au défunts, univers rarement montré à l’écran.

La forme rejoint le fond, avec une belle réalisation qui utilise de jolis plans d’ensemble (à la grue et aériens), pour accompagner les pérégrinations des protagonistes.

La musique renforce très bien l’ambiance à la fois guillerette et mélancolique du récit.

Mais la réussite n’est cependant pas totale…

La faute à un scénario qui cherche trop de prétextes pour que Louis et Igor restent ensemble, ce qui fait un peu tiquer, en comparaison de la qualité d’écriture globale…

Comme quoi, tout n’est pas parfait dans le meilleur des mondes… mais Presque !

En compagnie d’Alexandre Jollien et de Bernard Campan à l’occasion de la promotion du film dans les locaux de France Bleu Gironde.

La note : 8/10

Image d’en-tête : © PRESQUE 2020 – PAN-EUROPÉENNE – FRANCE 3 CINÉMA – APOLLO FILMS – ABS – AXEL FILMS PRODUCTION – LES PRODUCTIONS JMH – RTS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s